Un forum enjoué et convivial pour partager fanarts, fanfics, délirer sur des RPGs, débattre sur de nombreux sujets, flooder et surtout ne pas se prendre la tête!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 thèse sur Tsubasa...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
luya
Assistante en Flood
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2747
Age : 26
est : sérieusement grave
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: thèse sur Tsubasa...   Dim 5 Oct - 15:03

récupérée sur ffnet, avec autorisation de l'auteuse, parce que c'est trop magnifique...

le lien vers sa page: http://www.fanfiction.net/u/1272185/Anea-chan


et ce pur concentré de merveilles...

j'adore.
par contre, ça spoil sévère...


Dernière édition par luya le Dim 5 Oct - 15:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luya
Assistante en Flood
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2747
Age : 26
est : sérieusement grave
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: thèse sur Tsubasa...   Dim 5 Oct - 15:04

TRC vu par une folle

TRC… ça déchaîne les passions, pas vrai ? On découvre, on se prend la tête avec, on lit, on se passionne, on pâlit et on panique, on rigole et on tremble avec eux. Ben ouais, c’est comme ça. Mais très franchement, si on essaye de regarder un peu en profondeur, ce truc c’est une immense blague.

Bon… TRC … Déjà, la série de lettres en majuscules, je sais pas vous, mais perso je trouve que ça donne pas des masses envie. M’enfin, si on s’arrête à ça, on est pas sortis de l’auberge, alors laissons ça de côté pour l’instant. De toute façon, chaque sigle en théorie, signifie quelque chose (la vache, z’avez vu la profondeur de réflexion, là ??). Soit qu’on veut cacher, soit que c’est tellement long que ça fait peur d’imaginer devoir le prononcer tout haut. Donc, quelle est la signification de TRC ?

Et là, en général, il y a une floraison impressionnante de visages qui pâlissent. Des hésitations, des « euh… » qui fusent. Tsubasa Reservoir Chronicle. Mouais, rien que ça. Flippant, hein ?

Tsubasa. Ailes, il paraît. Ben oui, je dis il paraît, parce que mes connaissances en japonais se situent à peu près au même niveau que celles des brontosaures en physique quantique. Remarquez je dis ça, mais qu’est-ce que j’en sais moi, si ça se trouve ils étaient vachement calés, mais si c’est le cas ma jolie comparaison que j’aime bien, en fait, ben elle vaut plus rien et ça m’arrange pas, mais alors pas du tout. Bref, donc on va dire qu’ils n’y imprimaient que dalle. Parce que moi et le japonais, ça fait minimum vingt-huit, et je suis sympa envers moi-même… (ben oui, il faut bien, si je le fais pas, personne ne le fera à ma place). Euh… je disais quoi, moi ? Ah oui, j’y suis. Ou pas. Pourquoi des ailes ? Rapport avec les plumes, peut-être. Oui, parce qu’en fait, les personnages principaux de l’histoire c’est une bande de plumes fugueuses, mais ça, on est pas encore là.

Reservoir. J’sais pas, moi ça m’fait penser à un château d’eau. Ou au fait qu’il faut vraiment que j’aille mettre de l’essence dans ma voiture avant de tomber en rade à sept heure du mat’. Un parc naturel ? Ca veut dire que les persos de cette histoire sont des espèces protégées en voie de disparition ? Mince alors, ça c’est pas de bol.

Chronicle. Bon, ça au moins, ça a le mérite d’être clair. Tiens, d’ailleurs si ça se trouve, Reservoir et chronicle ça va ensemble. Si c’est le cas, c’est déjà plus clair. Encore que… Un réservoir de chroniques… On appelle ça un magazine, non ? Bon, c’est pas Voici non plus, hein ? Enfin, Reservoir Chroniques. Admettons.

En fait, pour finir sur le titre, c’est même pas ça le pire. C’est ça : Tsubasa RESERVoir CHRoNiCLE. Là, je sais pas ce que les Clamp avaient bu, mais c’était du lourd. Ou alors la touche Maj de l’ordi avait un bug et elles ont rien vu. Nan mais franchement, c’est n’importe nawak. Bon, après, connaissant les Clamp, c’est fait exprès et quand on saura qu’en fait c’est vachement important pour l’histoire, j’aurai bien l’air bête. Ou alors c’est les traducteurs qui ont forcé sur la moquette. M’enfin bon.

Tiens, les Clamp. Qui c’est, ça ? Quatre bonnes femmes, sadiques, refoulées, homophiles, méchantes, viscéralement incapables de faire une happy end, et complètement tordues. Passe-temps préféré ? Torturer leurs personnages, et rendre dingues leurs lecteurs. Et partir en vacances quand ça devient intéressant (cf chapitre 162…). Et je vous parle pas du 166…

Bon, on va pas non plus s’éterniser, j’ai du boulot, moi. Alors, qui, maintenant ? Les personnages, oui, mais lequel ? Parce qu’il faut bien en choisir un pour commencer. Bon, je choisis… Alors…

Ashura. Ben quoi ? Faut bien commencer quelque part, non ? Et puis j’ai pas envie d’être conventionnelle. Cause toujours, en fait c’est que je viens de lire Rg Veda et que je suis restée traumatisée. Donc Ashura. Lequel ? Ben les deux, allez, soyons fous. Alors mon premier est un roi à la coiffure improbable. Très improbable. Mon second est un bassin plein d’une eau vachement transparente remarquablement profond par rapport à sa largeur. Mon troisième est un collectif de mangakas complètement chtarbées. Mon tout est un roi dans un bassin. Et Chii tombe à l’eau, qui c’est qui reste ? Pardon, c’était particulièrement nul. Bref, Ashu-chan est un roi complètement absent ou presque des douze premiers volumes, et qui d’un coup débarque sur le devant de la scène et qui nous plonge dans un abîme de confusion, d’incertitude et de questions sans réponses. Il est louche, hein ? Bon, il va probablement y rester, mais quand même. Vas-y, Kuro, attaque !! Ahem… Scusez. (EDIT : ah, il est mort…) Et le deuxième ? Ben c’est un hermaphrodite aux cheveux carrément trop longs, avec des yeux jaunes, qui bien évidemment à craqué sur son pire ennemi, sinon c’est pas drôle. Il a pas duré longtemps, remarque. Pas assez d’audience, probablement. C’est la dure loi d’Hollywood, ça, les enfants.

Ensuite ? Kamui. Pourquoi pas ? Moi j’aime bien, Kamui… J’l’aime même beaucoup, en fait. Et en vampire, il ne perd rien. Ah, Kamui… Brun, aux yeux violets uniques en leur genre, et flanqué d’un jumeau tout aussi canon. Le tome 15 ? J’adore. Bref, Kamui et Subaru, vampires de leur état (ça donne envie de se faire mordre), qui fuient un chasseur nommé Seïshiro. Purée, ces trois là, je vous jure, je vais pas m’en remettre. Tirés tout droit de Tokyo Babylon et de X, c’est un peu comme le cadeau bonus au fond de la boîte de lessive. Lessive… sympa pour eux. Eh oui, TRC c’est une histoire de lessive, en fait, vous saviez pas ? Moi non plus. Quoi qu’il en soit, dans le top ten des persos les plus louches, Seïchiro tient une place honorable. On sait pas d’où il vient, on sait pas ce qui s’est passé, en fait on sait juste qu’il a appris à un clone à se battre et qu’il court après un vampire qui s’inquiète un peu trop pour lui pour que leur relation soit vraiment platonique (essuie le sang de son nez). Et il y a une sombre histoire de sang donné, aussi, mais ça… Bref, des persos bien de chez les Clamp, obscurs et canons à souhait.

En parlant de canon… J’ai parlé du jumeau, y’a une paire de lignes… Bon, des jumeaux, il y en a à foison, dans ce manga, vous avez remarqué ? Mais celui-ci… C’est pas n’importe quel jumeau… Encore un vampire, bien sûr… (ça aussi, ça pullule…). Il a une paire de yeux noirs à faire pâlir la plus belle des geishas, un minois à croquer… (euh, vous croyez que je suis pas objective, dites ?) Bref, Subaru, vampire poursuivi, adorable à souhait, tout triste et un peu brimé par son frère. Avec une tendance nette à dormir dans le fond des réservoirs d’eau (réservoir ?) en compagnie d’une plume magique et à s’immiscer dans des histoires qui ne le regardent pas en réveillant les gens à tort et à travers. Mais ça partait d’une bonne intention, alors on lui pardonne, il est tellement mignon…

Il reste un larron à mentionner avant de tourner la page. Fuma. Alors lui… Encore un canon, ça pourrait devenir lassant, sauf que c’est pas le cas. Grand, baraqué, avec des lunettes de soleil incassables et un humour bizarre. Une nette tendance à se battre avec des mignons vampires et à se faire balancer dans tous les sens, et ce avec le sourire. Je suis sûre que s’il fait ça, c’est parce qu’il craque sur Kamui. Enfin moi ce que j’en dis… Perso j’en voudrais bien un comme ça… En fait, je les veux tous.

Ensuite ? Ben on parlait de plumes, tout à l’heure. Alors oui, les personnages principaux de l’histoire. Des plumes blanches et rouges (le premier qui me sort « allez Monaco ! » je lui en met une…). En fait, elles sont blanches, avec un dessin bizarre dessus. Rouge, le dessin. Et c’est l’âme de quelqu’un. Si si, je vous jure. Oui, je sais. Mais c’était pas mon idée. Bref, c’est l’âme d’une princesse qui du coup court derrière, nous avec (enfin, techniquement, non, mais en fait, si… Vous voyez ? C’est pas grave…). Enfin, elle court derrière quand elle n’est pas en train de dormir, bien sûr. Encore que là, elle est techniquement morte, alors bon. Comment ça, bon débarras ? Qui a dis ça ? Ah, c’est moi. Ben oui, elle est mignonne, mais elle me saoule. C’est du Gna gna pawate, celle-ci. Trop gentillette pour être honnête. Je suis partiale ? Oui. Et j’aimerais bien qu’ils la laissent reposer en paix et qu’ils refassent leur vie. Elle est chiante, en fait. Et encore, ça c’est quand elle est toute seule. Parce que Sakura, dans Card captor ou dans TRC, passe encore, à (très) petites doses. Mais alors si vous rajoutez Tomoyo dans l’équation, y’a de quoi se pendre. Bon, j’aime bien Tomoyo, elle me fait trop rire. Mais là, deux princesses qui gagatisent ensemble, c’est trop pour mes nerfs. Tatayoyo ? Nan, rien à voir (délire perso).

Tiens, Tomoyo… Elle est mignonne, elle. Elle n’a pas inventé l’eau tiède, mais elle est mimine… Bon, c’est sensé être une princesse. Grande, belle, intelligente, mature, bref elle prend les décisions pour tout le monde. Maintenant, regardez-la. Voilà, vous y êtes. Flippant, hein ? OK, elle est trognonne, elle fait de la jolie magie et elle est douée pour calmer les minis ninjas qui pètent les plombs (mais si, en leur clouant la main sur un tronc d’arbre…), bref, sinon, quand elle craque, elle n’est pas mal non plus… Surtout, personne ne lui a jamais précisé qu’avant d’envoyer les gens traverser les dimensions (elle fait agence de voyages, aussi, on dirait), il fallait leur demander leur avis. Du coup, quand le ninja en question va revenir, elle va peut-être pas aimer… Mais c’est pas mon problème. Si ? Non.

Si on revenait à Sakura une minute ? Parce qu’elle a un frère qui mérite qu’on s’y arrête… Toya. Hem… Sa Majesté le Roi du pays de Clow. Un perso de clamp classique. Un poil bougon sur les bords, adore par dessus tout faire tourner sa sœur en bourrique. Il est très doué pour ça, d’ailleurs. Son meilleur pote, c’est un prêtre. Nan, c’est pas un témoin de Jehovah ni rien, c’est juste un homme de Dieu. Ben voyons, que dalle, oui. Un homme de Dieu, laissez moi rire. Il est mignon aussi, Yukito, d’ailleurs. Il est testable, comme dirait ma sœur. Tiens, j’ai envie de glace à la praline, je sais pas pourquoi. Ouais, je sais, ça n’a rien à voir, mais je vous le dis, c’est tout, au cas où s’intéresserait quelqu’un. (pas la moindre chance, hein ?). Bref, le roi et le prêtre, un sacré joli couple. (rien que d’y penser, j’ai encore le nez qui saigne, quelle poisse…Y’a pas quelqu’un qui aurait un kleenex ?)

Bon, si on finit sur le pays de Clow, il nous en manque un. Ben oui, Shaolan, ce serait bête, hein ? Il est pas super catholique non plus, lui. Déjà, y’en a deux, comme si c’était pas assez compliqué comme ça. Le vrai, et un clone. Oui oui, un clone. Le même, les mêmes yeux, la même bouille de gentil orphelin serviable, deux bras, deux jambes, deux oreilles, un œil (ouais, le copier-coller a réussi, à part pour l’œil, il s’est planté, il a inversé, cet idiot…). Bref, il s’appelle Shaolan aussi. (pas Dolly, hein ?). Bon, le clonage est censé être interdit. Encore un coup des anglais, ça. Nan, j’ai rien contre les anglais, mais c’est eux qui clonent les brebis, si ça se trouve c’est eux qui ont filé la technique à Fei Wang Reed. De la magie ? Ah ouais, c’est pas faux. Bref, il est gentil, Shaolan. Un peu trop, d’ailleurs. Il est quasi aussi gnangnan que sa copine. Enfin, copine, le terme est excessif, il n’est pas foutu de le lui dire. Et elle, elle l’a zappé, mais alors d’une force… Remarque, il en bave, le pauvre. Tiens, j’ai oublié de préciser, il est borgne. Ouais, lui aussi il les accumule. Quand on n’a pas de bol… Bref, pour couronner le tout, j’ai précisé qu’il y en avait deux ? Je crois que oui. D’où l’échange standard. Oui, j’ai bien dit échange. Parce que le premier a pété un boulon, a volé un œil (grrr) et s’est barré pour voler dans les plumes. Comment ça, les plumes de qui ? Vous n’avez rien suivi ou quoi ? Il a planté sa nana et s’est barré. Encore un pion. Le pauvre. Bref, comme il fallait un jeune combattant héroïque et mélancolique, les Clamp l’ont remplacé par lui. Ben oui, mais l’original, cette fois. Encore plus triste, et donc plus héroïque. Perso, je sais pas pour vous, mais j’ai hâte de voir la rencontre entre les deux. Ça promet d’être… intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
luya
Assistante en Flood
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2747
Age : 26
est : sérieusement grave
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: thèse sur Tsubasa...   Dim 5 Oct - 15:04

Allez, au suivant. Tant qu’on y est, Fei Wang Reed. Scusez-moi, mais je crois que je vais juste l’appeler FWR, c’est ok ? Parce que déjà que le bonhomme est pas super sympa, mais en plus il a un nom imprononçable, même en y mettant la meilleur volonté du monde. Bon, FWR, alors. Lui, c’est le méchant. THE méchant. Il en faut toujours un, vous voyez ? Un type balèze et antipathique au possible. En plus, il est perpétuellement engoncé dans une épaisse robe de chambre qu’il s’est confectionné avec le tapis de sa salle de bain, et il porte… oserai-je le dire ? Un monocle. Eh oui, mesdames et messieurs, un monocle. Un truc rond, plus ou moins transparent, vissé dans l’orbite, et qu’il n’enlève plus parce qu’à force il a un œil plus large que l’autre. Imaginez la honte dans les soirées mondaines. En fait, FWR, c’et l’enfant abandonné par sa mère qui recherche à toute force l’attention et le pouvoir pour combler un énorme vide affectif. Habillé comme ça, c’est pas étonnant. Je parie qu’il a un rire sardonique. Ça lui irait bien. Un rire malsain, nauséabond, genre qui fait niark niark niark. Et je vous l’ai dit, c’est le méchant. Le Ashu-chan du début (oui, depuis quelques chapitres, je rajoute le –chan, j’ai développé une affection particulière pour lui, allez savoir pourquoi.), bref, le Ashu-chan a souvent été vu comme un méchant, mais en fait, il est sympa. Alors que FWR, lui, pourrait être une crème qui joue au père noël chaque année avec les ho-ho-ho, je crois qu’il n’y aurait pas grand monde pour lui prendre le bonbon qu’il tend. Perso, je prendrais plutôt les jambes à mon cou. Bref, il a une tronche de père Fouettard, il clone les gamins à tout va, il cache des sorcières bouclées sous sa cape et il contemple le monde à travers un miroir de son salon enfumé. Et il manipule les blondinets désespérés à coup de malédictions foireuses et déprime du même coup des légions entières de fangirls hystériques. Bref, c’est un sale type, mais ils vont bien finir par lui faire la peau à un moment ou à un autre (ze veux…).

L’opposé de FWR, c’est THE sorcière. La fameuse sorcière des dimensions, connues dans tous les mondes possibles et imaginables (ou presque). Elle n’a pas de chapeau pointu ni de chicots, pas de verrues, et sa maison n’est pas en pain d’épice. Vous l’aurez compris, elle est tout sauf moyenâgeuse. Elle est grande, canon, elle connaît le petit Robert sur le bout des ongles, elle adore les papillons et elle collectionne les objets hétéroclites qu’elle extorque à ses clients désespérés. Et elle possède une langue acérée doublée d’un humour très particulier. Et elle fait mumuse avec nos chouchous tout en ourdissant des plans démoniaques pour envahir la planète Vega. (Eh oui…)

Qui dit Yuko dit la bestiole blanche bizarre qui balade les voyageurs de monde en monde. Toute ronde, toute blanche, à l’exception d’une pierre rouge sur ce qui lui tient lieu de front et une boucle d’oreille de rockeur. C’est un probable croisement entre une praline géante et un renard des neiges, ou un truc comme ça. Il pense à trois choses : manger, dormir, et embêter les ninjas. Et accessoirement, chercher des plumes, faire des câlins et balader les gens d’une dimension à l’autre. Et quand on le gratte derrière l’oreille gauche, il avale des trucs pour les envoyer à sa sorcière préférée. Quand ce n’est pas dans l’autre sens. Bref, Mokona, c’est ce qui fait d’une croisière sympa entre amis de longue date un safari interdimensionnel passablement agité.

Pour finir dans les bestioles bizarres, il en reste une assez remarquable. Indépendamment de certaines fics qui mettent l’accent sur ses nuisettes et ses liens de parenté intellectuelle avec les courges, Chii n’est pas n’importe qui. Ok, c’est une fille qui vole, créée par un mage cinglé affublé d’un complexe d’Oedipe de la taille du Kilimandjaro (quel adulte évolué et mature se fabriquerait une poupée qui parle à l’image de sa mère sans même penser à lui mettre une tenue décente, franchement ?), bref, elle cache une plume, quand même. Et elle est gentille, elle sert même de système d’alarme. Et elle peut être pratique si jamais vous envisagez la construction d’une piscine couverte. Elle est multi-usages, quoi. Téléphone interdimensionnel, bâche pour bassin qui héberge les rois, tiroir pour ranger les plumes magiques qui pourraient traîner sur votre chemin. Bref, elle est… fonctionnelle. Et très dévouée. Très. Mais à part ça… elle sert à rien. C’est Chii, quoi.

OK, on va finir en beauté. Z’avez remarqué que j’ai gardé le meilleur pour la fin ? Bon d’accord, question de point de vue, mais quand même.
Bon, par lequel je commence… Le grand ou le moins grand ? Le brun ou le bond ? le râleur professionnel ou le crétin qui sourit tout le temps?
Allez, c’est parti, Kuro-chan. (jette un coup d’œil au sabre…) Pardon, Kurogane. Description physique : extérieurement, présente bien. Grand (très), brun (très aussi), baraqué (pareil), yeux rouges. Oui, rouges. Ben oui, je sais, mais c’est pas ma faute, tout de même. Si on lui en laisse l’occaz, s’habille en rouge et noir (air connu). A un très très long sabre… (niark niark). Ne sourit pas souvent (pas assez en tous cas, encore que l’air sombre et taciturne lui aille à merveille.) Enfin, il est canon, quoi. Psychisme : aïe. Là, ça coince un peu. C’est pas qu’il est méchant, non, mais il mord. Bougon, rancunier, pas un brin de patience à l’horizon. Pas très fan des surnoms. Et tolérance zéro pour les crétins (autant dire que c’est ballot pour moi). Bref, il s’énerve facilement (très aussi), il dégaine plus vite que l’éclair (si mes allusions déplacées sont trop évidentes, surtout n’hésitez pas à le dire, hein ?). Bref, c’est un guerrier surpuissant, un tantinet trop fier, mais bon, on lui en veut pas. Bon, c’est vrai qu’en définitive, il a un caractère de cochon, mais avec les hordes de fangirls qui lui courent après, pas étonnant qu’il soit un peu sur les nerfs. En plus, il y l’autre qui passe son temps à le chercher, alors… Niveau passé, c’est hard. Petit prince, orphelin jeune, une mère euthanasiée de force par une chauve-souris géante, un père boulotté par un gros monstre répugnant avec trop d’yeux pour être honnête. Il est devenu un ninja grognon pour servir une princesse foldingue (cf un peu au-dessus), et trucidait tout ce qui bougeait avant d’être envoyé rendre une petite visite impromptue à une sorcière avec laquelle il ne s’entend… pas des masses. (cf aussi au-dessus).

L’autre en question, c’est Fye. Bon, soyons clair, Kuro-chan, je l’aime bien. Beaucoup, même, mais Fye, je craque. Même sur ses sourires débiles, c’est pour dire. Pauvre Fye, il n’a pas de pot, quand même. Alors, physiquement parlant. Grand (relativement), blond (très), passe derrière les posters sans les décoller du mur. Des yeux bleus à peine croyables. Mignon. Fragile, craquant, trop chou pour être vrai. Désolée, je m’emporte. Bon, psychisme de Fye, vaut mieux éviter de trop s’y aventurer, y’a de quoi devenir complètement schizo. En gros, pour énormément simplifier les choses, il est louche. Adorablement gentil, mais franchement louche. Menteur, cachottier, pas franc pour deux sous. Craque pour un ninja sans oser le lui dire. Enfin, c’est Fye, quoi, je vais pas vous faire un dessin. Sinon, lui, niveau passé, c’est carrément glauque. Des parents très absents (si si), un oncle complètement frappadingue, un peuple massacré avant d’avoir le temps de dire ouf, un frère jumeau à l’amour fraternel suicidaire coiffé comme un rescapé de Woodstock, un parrain royal qui est la réincarnation de Jack l’Eventreur, une poupée qui parle dont le QI ne dépasse pas celui de la barrière de sécurité sur l‘autoroute A29 et une flopée de malédictions sur le dos. Le pied, quoi. Pas étonnant qu’il soit devenu un poil sociopathe sur les bords. Et franchement au centre. Mais sinon, il est gentil.

Bon, voilà. Ça c’est les protagonistes principaux. Je dis principaux, parce que ces cinglées ont ramassé dans le fond de leurs tiroirs l’intégralité de leurs personnages jamais créés pour les balancer n’importe comment dans TRC. Pourquoi ? Sais pas. En tous cas, c’est le bordel. Bref, j’en ai zappé certain, mais le truc si que si on s’attache à tous les décrire, on y est encore demain. Donc, on va passer à autre chose. Et entre nous, si vous êtes pas d’accord, j’en suis navrée mais c’est le même prix. Donc, au final, TRC, c’est quoi ?

Un manga. Oui, ça merci, on était au courant. Qui a dit non ? Vous étiez où pendant les 200 lignes précédentes ? Et franchement, faut pas commencer là si vous savez même pas ça… Bref, c’est un manga, ça, c’est assez évident. Ça raconte quoi ? Houlà, ça se complique.

Bon, pour commencer, c’est l’histoire d’une princesse. Erk, dit comme ça je vais vous faire fuir. Bon, je la refait. Remarque, je sais pas comment tourner ça autrement, c’est vraiment l’histoire d’une princesse dans une ville paumée au beau milieu d’un désert et dotée pour seule attraction touristique d’une paire de ruines étranges et parfois parcourues d’éclairs roses bonbon à vomir en résonnant de son bizarres ayant un effet étrange sur les princesses tête-en-l’air. Bref, pays de Clow, ruines, princesse. Et archéologue qui craque sur la princesse (normal), réciprocité et là, forcément, drame. Elle perd la mémoire, ses plumes s’envolent. OK ? c’est vrai que le rapport est pas super évident, mais c’est à cause de FWR. Vous vous rappelez, le type au monocle. C’est lui qui embrouille tout, c’est à cause de ses conneries qu’on pige plus rien. Donc les plumes s’envolent, et l’idée c’est que l’archéologue qui en fait est un clone s’en aille courir les dimensions avec elle pour les rechercher, et ce en compagnie du mage et du grand brun canon. Le tout en passant au travers de mondes plus bizarroïdes les uns que les autres. Surveillés par l’autre cinglé, en compagnie d’une boule de poils qu’ils passent tous les jours à la Javel pour qu’elle reste blanche. Et ils se baladent. Peinards. La croisière s’amuse.

Bon là où ça se complique franchement, c’est quand FWR leur envoie le petit-neveu du beau-frère de la demi-sœur de sa tante. Qui fout la merdouille en les suivant pour leur piquer les plumes. Pas cool, ça. C’est vrai, quoi, c’est pas les siennes, on s’en fout qu’il veuille le pouvoir absolu pour réaliser ses rêves les plus fous, ça se fait pas.

Donc voilà nos quatre zigs en train de se balader parmi les lapins et de traverser des mondes qui en fait n’existent pas, avec deux qui se marrent, un qui râle et les deux derniers qui se font les yeux doux. Devinez qui est qui. Bref, forcément, ça pouvait pas durer, fallait bien qu’à un moment donné, ça foire quelque part. Genre un clone qui pète un câble et qui boulotte un œil du gentil magicien qui demandait rien à personne. Et là, le ninja se fâche tout rouge, se met en rogne contre le mage qui préfèrerait crever plutôt que de lui dire qu’il l’aime (comment ça, j’extrapole ?) et de colère en fait son vampire personnel. Résultat, une princesse qui pleurniche tellement qu’elle se fait buter par le magicien, un clone dans la nature qui démolit les mondes où il passe. Sympa, hein ? Et je vais passer vite sur le roi cinglé qui fait pression sur le pauvre borgne vampire avec les souvenirs du sacrifice héroïque du frangin pour qu’il le tue, ce qui nous ramène aux sombres histoires de malédictions qui se déclenchent. C’est trop récent, je suis encore un poil traumatisée. Je vous parle pas de cette histoire de bras, c’est assez dur comme ça.

Voilà, TRC, c’est ça. Bon, c’est succinct, c’est vachard et pas toujours très juste. Quant à l’objectivité, n’en parlons pas. Pas chez moi, je connais pas. Ceci dit, TRC c’est pas si mal. La preuve, vous êtes là, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~*~Lia~*~
Maîtresse maso
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3586
Age : 27
est : une Rêveuse invétérée.
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: thèse sur Tsubasa...   Sam 11 Oct - 1:22

*écroulée de rire*
*apprécie beaucoup le style*

Bon, a priori t'es pas la seule groupie groupitissime de Fye...
Sinon plus sérieusement, point de vue persos / spoils, j'en connais pas assez sur l'histoire, mais franchement j'adore le style et la façon de tout tourner à la dérision.
Magnifique en effet.

Quelques passages cultes :

" Là, je sais pas ce que les Clamp avaient bu, mais c’était du lourd."

Laughing

C'est clair, avec un titre pareil, j'avoue...


"C’est un probable croisement entre une praline géante et un renard des neiges"

MOKONAAAAAAA Laughing Laughing Laughing Laughing Laughing

"Pas étonnant qu’il soit devenu un poil sociopathe sur les bords. Et franchement au centre. Mais sinon, il est gentil."

Mwarf Laughing

"En tous cas, c’est le bordel."

Ah, ça...
La fin de l'énoncé dira pas le contraire ^^' j'avoue avoir rien compris à l'étalage de la situation.

Ptêt que si je les lisais... ^^'

_________________
The sig is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.erreur404.eu
~*~Lia~*~
Maîtresse maso
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3586
Age : 27
est : une Rêveuse invétérée.
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: thèse sur Tsubasa...   Sam 11 Oct - 1:26

Double post mais je suis trop fan du profil de l'auteur.

Bordel, en plus elle est rousse.

Ayé, je l'aime.

*PAF*

_________________
The sig is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.erreur404.eu
luya
Assistante en Flood
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2747
Age : 26
est : sérieusement grave
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: thèse sur Tsubasa...   Sam 11 Oct - 1:30

t'as vu t'as vu t'as vu!!!
et c'est encore plus énorme quand tu les as lu, parce que tout ce qu'elle dit, c'est criant de vérité!!!! Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~*~Lia~*~
Maîtresse maso
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3586
Age : 27
est : une Rêveuse invétérée.
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: thèse sur Tsubasa...   Sam 11 Oct - 12:13

Un jour, je lirai Tsubasa.
Un jour.

Faut vraiment que tu me les passes, Gat'chu-ne.

_________________
The sig is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.erreur404.eu
luya
Assistante en Flood
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2747
Age : 26
est : sérieusement grave
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: thèse sur Tsubasa...   Sam 11 Oct - 13:50

hai.

au fait, ça veut dire quoi, sociopathe???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: thèse sur Tsubasa...   

Revenir en haut Aller en bas
 
thèse sur Tsubasa...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Thèse ethnologie "Voyages et double vie en Terre du Milieu"
» Le trilogie: thèse, antithèse, synthèse ?
» Agenda ? Tsubasa ; Azami ; not yet
» Le Hobbit, une espèce humaine différente de l'homme moderne.
» Enquête RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fanarts, fanfics, RPG de mangas, anime et J-Music... :: Oui, mais... :: Si l'envie d'écrire soudain vous prend...-
Sauter vers: