Un forum enjoué et convivial pour partager fanarts, fanfics, délirer sur des RPGs, débattre sur de nombreux sujets, flooder et surtout ne pas se prendre la tête!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [kagerou] 17.12.06 [LIVE REPORT]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
~*~Lia~*~
Maîtresse maso
Maîtresse maso
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3582
Age : 28
est : une Rêveuse invétérée.
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: [kagerou] 17.12.06 [LIVE REPORT]   Lun 25 Déc - 3:05

Vouaaaaaaaallaaaaa mon rapport de ce Last Live de Kagerou en Europe, les avis sont très partagés mais voilà mon point de vue ^^
Je vous laisse à votre lecture! Attention ; c'est long!

Dimanche 17 décembre.

Jour-J, comme dit lilu qui nous fait le décompte des jours depuis un mois.
Debout 8h. Aïe, dur pour un dimanche. Mais faut c’qui faut ! C’est dur d’émerger, et l’« équipement » est long à enfiler...
Une fois habillée, rapide coup de peigne –de toute façon ça ressemblera plus à rien quand on arrivera- et un petit déjeuner sur le pouce, petit pain au chocolat et grand verre de jus d’orange. Qu’on ne dise pas que je ne mange pas, scrogneugneu !
Et à neuf heures moins le quart, au revoir la maison ! Le rendez vous est à neuf heures devant la loge du lycée.
Comme prévu (et parié avec M’man), lilu est arrivée la première, et Kumi se fait attendre... Ahlalalala.
Grosse surprise en découvrant ladite lilu qui sort de sa voiture quand même. Pas mal, son cosplay involontaire de Kyo de Dir en Grey... Manquait que la décolo blonde et elle était bonne !
Bon, quand même, tout en gardant un côté mauvaise langue, restons honnêtes : Kumi n’a QUE cinq minutes de retard, chose exceptionnelle. (Mais oui on t’aime !)
Et c’est après un échange de saluts, de cadeaux, d’au revoir (mais non pas déchirants) que l’on s’en va, le cœur léger, à l’assaut du Bataclan.
Il est neuf heure trente...
...Et à treize heures trente on distingue enfin Paris, après moult arrêts toilettes (qui ont valu un charmant surnom à notre petite Hime), un stage intensif d’écoutage de kagerou pour ladite Hime (qui s’enfile 61 chansons en pas une heure, respect...), et beaucoup de blabla pour pas grand-chose...
...Les tergiversions nous mènent alors boulevard Voltaire, devant le Bataclan où « Il n’y aurait personne, c’était beaucoup trop tôt ! »
...Du moins c’était ce qu’on espérait.
Déprime à l’arrivée ! Aux alentours de deux heures, déjà un peu plus de cent personnes devant la porte... Bon sang, il y en a qui ont dormi ici ?
Décidant –après une longue hésitation- que l’on n’est plus à ça près de toute façon, nous partons manger dans un restaurant sino-nippon en haut du Boulevard, Yapani sushi que ça s’appelle, et lilu saute partout.
Y a pas : les sushis sont bons, le reste aussi ! Nous mangeons donc, et ce jusqu’aux environs de trois heures...
...Avant, cette fois ci, de nous lancer corps et âme, et presque malgré nous (moi, pas convaincante ? Bon d’accord, pas malgré nous, à part peut-être Kumi... Nous, on était un peu beaucoup pleinement consentantes ^^) dans la file d’attente... Qui n’a pas tellement bougé, depuis tout à l’heure, tiens.
A peine deux cents personnes devant nous, on s’en tire bien. On a bien fait d’aller manger !
Au début c’est calme, ouais, au début. Les gens sont assis, tranquilloux, ils mangent, jouent aux cartes, discutent en cercle...
...Nous nous faufilons devant les groupes éparpillés, assis, pas certaines qu’ils fassent vraiment la queue... Pas trop loin du bord de la barrière. Pas assez pour mourir étouffés par cette barrière... Mais pas assez non plus pour éviter le grillage intensif. Raaaah !
Enfin. Joie dans le malheur, la file est plutôt sympa, et soyons honnête : si lilu et moi nous trouvions déjà excentriques dans notre tenue, certains costumes, sincèrement, sont à mourir de rire. J’ai personnellement beaucoup de mal à garder mon sérieux face à certains, et prends des photos (qui ne rendront rien), à tout va.
Toutefois, difficile d’imaginer que l’attente serait aussi longue... On était prévenues pourtant, mais non ! Dans notre grandiose utopie perpétuelle, on rêvait à des portes qui s’ouvriraient à 18h30...
...TU PARLES !!!
Comme le temps avance, les gens assis se lèvent et les troupes se resserrent... J’ai profité d’un petit temps de « calme » (si on peut appeler ça du calme...) pour faire ma lettre à mettre dans l’enveloppe de Kazu. Bon sang. S’il arrive à lire, c’est un miracle. Les caractères sont monstrueux, l’anglais tracé de manière étirée sur la feuille, les lettres à peine distinctes les unes des autres. Bon... On verra bien. C’est pas si illisible quand même, puisque les filles lisent par-dessus mon épaule (c’est LEGEREMENT exaspérant d’ailleurs), et elles ne sont pas les seules... Traître de garçon super bien maquillé que je ne connais même pas mais que je suis persuadée d’avoir vu à Japan Expo derrière moi ! Et NON, ce n’est PAS une LETTRE D’AMOUR !
Quelle belle brochette d’andouilles je traîne, tiens.
Kumi a retrouvé des gens qu’elle connaît... Jolie fruits loli très tape à l’œil, et splendide cosplay de Yuana ! Une conversation rapidement engagée, même si pas très fournie...
Et puis la conversation tourne à un délire entre lilu et Kumi. Loin d’être discrètes, elles attirent les regards...
...Il faut dire aussi que nous sommes presque trop normales dans ce genre de file d’attente...
Chance pour moi qui subit les délires : les gens autour sont sympas. On échange quelques paroles, ici et là, sans plus, ça passe le temps et on rit.
Nous entamons cependant une véritable conversation avec deux filles à côté de nous. Fans fidèles, elles nous livrent pas mal d’anecdotes, d’informations sur la séance d’autographes qui avait eu lieu la veille (et que nous avions lamentablement manquée, mais chut), et la conversation prend un tournant bien sympathique... Quoiqu’un peu n’importe-quoiesque. (« Il a des jolies mains Shizumi ? » ou encore une phrase qui, je crois, restera dans les annales « Et vous vous connaissez depuis longtemps ? » « Bah euh... Elles deux, deux ans, nous trois ans... Et vous ? » « Oh, à peu près cinq heures... On s’est trouvées dans la file d’attente ! »)
Et soudain, la révélation. Elles aussi sont des fans de Kazu !
Dans les dents, lilu et Kumi. Les fans françaises de Kazu existent, il y en a au moins trois. Sinon plus. Surement plus !
Echange d’adresses msn, quand même. L’une s’appelle Sophie, elle a à peu près notre âge. L’autre, Marine, a vingt-et-un ans et l’expérience des concerts (c’est toujours impressionnant de voir quelqu’un se lancer dans le décompte des concerts de visu auxquels il a assisté sans être sûr du nombre... Bah oui, parce que nous c’est simple : c’est un et un seul...). Bref, nous lui devons le respect!
La conversation continue ponctuée de sombres délires Team Rocketesques et Nonotesques (surtout, inutile de chercher à comprendre, même moi, j’avoue, j’ai du mal).
Pendant que les deux s’éclatent, j’envoie SOS sur SOS à Amandine... Qui a probablement du beaucoup éternuer ! Nous n’avons pas arrêté de penser à elle, en voyant les gens qui nous entouraient (« Didine, si tu savais comme on est normales !! »)
Mine de rien, ses messages font bien passer le temps, et surtout nous font bien rire.
Nous continuons de converser lorsque... C’est le drame.
Environ 17h30, nous voyons notre vie défiler devant nos yeux.
Les vigiles arrivent, poussée monumentale vers la porte. Nous ne mourons pas écrasées et c’est bien là un miracle.
Brutalement, les vigiles nous écartent, « RECULEZ VOUS ! » qu’ils braillent, mais ça ne sert à rien, nous on ne veut pas être séparées, et puis les autres derrière poussent encore plus... C’est l’étouffement total.
Ils en viennent pratiquement à la violence, nous poussant de force derrière. Certains en profitent pour griller.
Drame : le groupe est éclaté : devant, lilu, Sophie et Marine. Derrière, Kumi, la Fruits Loli dont j’ai perdu le nom, Audrey -le cosplay de Yuana- et moi.
Ô rage, ô désespoir ! Nous piétinons, cinq dix minutes.
Et puis zut, les autres grugent, nous grugeons.
Nous rejoignons lilu, Sophie et Marine de force. Et puis quoi encore ? Ils croyaient vraiment qu’on allait rester où ils nous avaient mises alors que la moitié du groupe était devant ?
L’attente recommence.
J’ai du Goldman dans la tête. Au début, c’était « Je te donne ». Et puis après « Elle attend que le monde change... » J’aurais peut être pas dû me faire une rétrospective Goldman la veille moi...
Tout le monde en a marre.
Dans la file, certains allument les portables pour passer le temps, y a des mp3s qui se jouent partout, jolie cacophonie de mélange Dir en Grey – Moi Dix Mois – un peu de techno – et bien sûr, surtout, kagerou. Je me sens seule avec mon « Inexorablement, elle attend... » Vraiment pas bon plan, Goldman.
Dire qu’il reste encore plus d’une heure à attendre !
Nous avons entamé la conversation avec les filles devant nous. Elles aussi sont très calées en matière de concerts et signatures, c’est impressionnant. Nous sommes vraiment des néophytes.
Une autre fille, à côté de nous, nous lance deux trois bêtises de temps en temps. A 18h30, elle nous lance que « il ne reste plus que 3600 secondes avant l’ouverture des portes, tenez vous prêtes ! »
Nous nous tenons prêtes, nous commençons à compter...
...Nous abandonnons à 42.
Et on attend, on attend tout le temps... Wowowowooo ♪♪♪
A 19h un calcul fort difficile pour nos pauvres méninges tombe. Après quelques minutes de réflexion, nous réalisons qu’il ne reste plus que 1800 secondes à attendre. Ouais !
La conversation continue et on comble le vide comme on peut... On s’en sort plutôt pas mal. (« Ca va ? » « Oh, dis donc, tu as tenu cinq minutes sans poser la question, c’est bien ! »)
Quelques phrases resteront quand même dans les annales. Du genre « Je voue une admiration sans fin à Yoshiki-sama... » « Ah, Yo-chan ! » (Merci Kumi !) ou encore « Kazu ? Mais il est laid ! » « Attends... Tu sais que Kazu est mon archétype de l’homme parfait ! » (à juste titre d’ailleurs, mais là je ne suis plus objective. Pas que j’aie vraiment prétendu l’être remarquez...)
Forcément, les débats sur Kazu vont bon train. Eeeeh oui, on est trois fans maintenant. Tremblez, les fans françaises de Kazu en force. Oui, je suis fière d’en faire partie, vous n’imaginez pas à quel point.
Fuyez les fans de Daisuke, surtout. Et pourtant ce n’est que le début...
Nous tentons de nous mettre d’accord sur comment nous fonctionnerons à l’intérieur du Bataclan. Côté gauche ou droit de la scène ? Vestiaire or not vestiaire ?
Et pour finir nous avançons.
Ugh ! Poussée brutale, mais surtout, horreur des vigiles.
« Les bouteilles d’eau et la bouffe, tout à la poubelle ! Vous nous donnez vos appareils photos ! »
Attendez, c’est du foutage de gueule là ?
Je tente d’argumenter poliment. Les vigiles sont aussi aimables qu’une porte de prison.
Bieeeeen...
Je pousse un coup de gueule. On a cinq heures de route pour rentrer après le concert nous, on a besoin de nos rations alimentaires, alors qu’ils me laissent poser mon sac au vestiaire, merde !
Je me fais limite insulter, ils se foutent ouvertement de moi (« Nan mais attends, qu’est-ce qui nous dis que t’as pas une bombe atomique que tu veux poser au vestiaire ? » « Laisse, c’est une relou, elle va nous prendre la tête »). Pardonnez moi l’expression, mais connards de vigiles. Qu’à cela ne tienne, j’obtiens gain de cause. Comme quoi une gueulante de temps en temps ça fait pas de mal.
Je pose donc –non sans mal, vu le monde... et le fait que mon porte monnaie soit tout au fond- mon sac au vestiaire (2€ quand même !), et tente de retrouver les autres (après avoir récupéré d’extrême justesse la lettre pour Kazu. Je ne sais pas ce que je vais en faire, elle est en piteux état mais elle est là et je ne la lâche pas.)
Marine, elle, pose son manteau et file aux toilettes.

_________________
The sig is a lie.


Dernière édition par ~*~Lia~*~ le Lun 25 Déc - 3:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eowulia-mornelda.deviantart.com
~*~Lia~*~
Maîtresse maso
Maîtresse maso
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3582
Age : 28
est : une Rêveuse invétérée.
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: [kagerou] 17.12.06 [LIVE REPORT]   Lun 25 Déc - 3:06

Les filles sont parties devant – je dois les retrouver dans la salle. Une salle que je découvre d’ailleurs, et qui est ma foi, fort jolie et sympathique. Un balcon avec des places assises, une rambarde séparée de la fosse qui permet de délimiter un coin calme, un petit bar et un petit stand de vente de goodies... C’est coquet à souhait. Et la scène est petiiiiite ! On est loin de la Halle Tony Garnier.
Heureusement, la salle n’est pas encore trop pleine –encore heureux, qu’on ait pas attendu tout ça pour rien !- et je retrouve les filles... Sur le côté droit de la scène. Rah, déception ! Je n’ai aucune chance de voir Kazu de ce côté-là, moi !
Heureusement, elles me disent que Marine est de l’autre côté avec Sophie.
Ca m’embête de les laisser toutes seules, mais en même temps...
Je craque. L’appel de Kazu est le plus fort, et je rejoins donc Marine du côté gauche de la scène. Sophie passe en coup de vent nous dire qu’elle va se mettre derrière les rambardes. Elle aspire au calme, on dirait...
Nous discutons un peu en attendant le début. J’apprends à ma grande surprise qu’elle est la créatrice du fanlisting de Kazu, auquel je me suis inscrite voilà trois semaines !
Nous sommes au quatrième rang, mais selon elle, avec les mouvements de foule, nous pourrons avancer. Elle me le dit elle-même : « Mission : se retrouver contre la barrière, juste devant Kazu. »
Mission acceptée.
Nous parlons encore un peu, râlons contre le spot bleu pile en face de nous qui nous détruit les yeux, observons le staff faire les derniers réglages... et puis les lumières s’éteignent.
Entrée en scène de Kagerou ? Zéro, niet, nada. Rien vu, rien du tout... Sinon Kazu qui s’installe, là (même si j’avoue l’avoir pris de dos pour le Japonais décoloré du staff...) ...Juste devant nous, nous ne pouvions pas être mieux placées. Ô terreur, ses cheveux blonds décolorés... Et pourtant c’est bien moins pire que je ne le craignais ; ça lui va même plutôt bien !
Les premières chansons s’écoulent. J’avoue, ayant désormais la tracklist sous les yeux, ne pas avoir reconnu Lily. Pourtant je l’aime, cette chanson.
Et puis vient le premier pogo. Waaaah ! Il faudra que je m’y habitue, mais pour un premier coup c’est violent. Je me sens partir, entrainant malgré elle Marine dont je tiens le bras pour ne pas qu’on se perde. Mais le mouvement de foule me remonte aussi vite qu’il m’a fait tomber, je chope mes lunettes au vol, et toute casse est évitée.
Nous gagnons des places aussi. Mais deux têtes brunes m’embêtent. Je n’y vois rien, et mange les cheveux de la fille devant moi, je ne profite pas du concert... A tel point que j’en viens à confondre 3...2...1 et XII Dizzy. Brrr... Je vous raconte pas comme j’étais dedans.
C’est tout juste si je peux lever le bras pour faire « San ! Ni ! Ichi ! » avec les autres. Oh, frustration extrême !
C’est à ce moment que je décide qu’il faut que je fasse quelque chose. Il y a un petit trou dans la foule – je m’y faufile discrètement. Mais j’ai le malheur de lâcher le bras de Marine, et ne réalise que trop tard qu’elle n’est plus derrière moi et que quelqu’un s’est mis entre nous deux.
Je me mords les lèvres et m’en veux à mort. Raaaah ! On était si prêtes d’accomplir la mission ! Moi, j’ai la main accrochée à la barrière de devant, il n’y a qu’une fille devant moi...
Je tends le bras en arrière ; elle attrape ma main. Je tente de la tirer, de l’aider à forcer le passage. Rien à faire, la fille derrière est un mur. Je renouvellerai plusieurs fois la tentative mais rien de rien. Elle restera une rangée derrière moi tout le concert. Oh, frustration des frustrations ! Moi qui me réjouissais d’avoir trouvé quelqu’un pour appeler Kazu en chœur ! Je m’en veux terriblement et me promets de lui récupérer un médiator de Kazu pour la remercier de m’avoir permis d’avancer si près du bassiste.
J’essayerai à chaque fois d’en avoir un. Rien n’y fait. Le premier tombe devant. Je vois soudain la fille devant moi plonger par-dessus la barrière pour le ramasser. Les vigiles accourent, mais elle n’a rien... Sinon un médiator de Kazu dans la main. J’enrage, je ne l’ai même pas vu passer.
La deuxième médiator lancé m’a à nouveau plongé dans un état de frustration intense. J’ai senti le bout de plastique effleurer mes doigts, et puis... Non.
La fille devant moi l’a récupéré. Une deuxième fois. Je tente de marchander mais rien n’y fait, elle ne me le cédera pas.
A partir de ce moment, dès que Kazu lançait un médiator, je tentai de lever les mains aussi haut que je pouvais. D’implorer : « Onegai, Kazu ! »
Mais non. Il les lance trop loin, trop fort. Je n’aurai pas de médiator.
Et pendant ce temps, la tracklist défile...
De temps en temps, Kazu quitte son jeu très sérieux, se tourne vers nous avec un sourire chaleureux. Il est incroyable.
Il fait quelques mimiques, juste ce qu’il faut, pour plaire au public sans être vulgaire. Certes, il ne remplirait surement pas une salle à lui seul, mais il a le charisme et le talent qu’il faut.
Les chansons passent, ponctuées de headbanging plus ou moins appuyé. L’espèce de métalleux (« La malédiction du métalleux de deux mètres », comme me disait Marine. Sauf que là il ne me bouchait pas la vue, il me détruisait juste la nuque) à côté de moi m’embête avec son bras, je lui fais comprendre avec un coup de coude, il n’y revient pas. Par contre, je plains la fille devant moi à qui j’ai du faire quelques bleus sans m’en rendre compte...
...Mais bon, en même temps, elle a eu deux médiators de Kazu hein. Alors sans remords.
Arrive une chanson que je me veillais depuis longtemps. Ochiba to kimi to boku to.
Je voulais absolument voir la façon dont Kazu jouait.
Et là, je manquais d’étriper le photographe de l’autre côté de la barrière. JUSTE devant les mains de Kazu. J’ai cru ne pas pouvoir voir un bout de l’introduction. Heureusement, il se pousse finalement, et je peux à nouveau admirer le jeu de Kazu.
Bon sang. C’est du slap, et du beau slap encore. Le genre de chose qui vous grille les doigts en deux secondes si vous essayez – bon, j’exagère peut-être, vu mon niveau à la basse. Mais quand même ! Ce mec a une manière de jouer incroyable. Barrés sur barrés, et ses doigts arrivent encore à dépasser du manche...
...Forcément, il a les mains pour. Je suis jalouse et terriblement admirative, totalement sous le charme.
Et puis les chansons continuent de défiler. De temps en temps, Daisuke arrête de chanter et nous tend le micro. C’est en général soit un magistral mode yaourt, soit des « lalalala » qui s’élèvent. Le public suit bien pour des chansons qu’il ne connait pas forcément (...j’avoue, moi la première), je suis surprise. Bon, remarquez, il y a toujours les « cas » qui connaissent tout par cœur... (C’est un « cas » admiratif dans cette situation. Bon sang, ce que j’aimerais être capable d’apprendre rapidement une chanson japonaise par cœur...)
De temps en temps, Daisuke et Yuana viennent nous faire un coucou. Ils sont énormes ! Daisuke fait la baleine tandis que Yuana nous vide une bouteille d’eau sur la tête. J’ai failli l’avoir, cette #$^% de bouteille ! Je suis vraiment nulle pour attraper des choses au vol, tiens.
Je vois aussi Shizumi, qui se donne à fond. Il tape un peu bourrin quand même... Mais excellent, avec son nœud pap’, et ses mimiques genre « eeeeh je suis derrière mais je vous vois quand même ! ». Il est droit dans ma ligne de mire, juste après Kazu que j’ai en gros plan.
Woaow.
Leurs instruments sont superbes. La Fender de Kazu est une merveille, j’aurais eu envie de monter sur scène et partir avec. Quant à la guitare de Yuana... Wouah. (J’ai appris par la suite qu’il s’agissait d’une Killer, merci lilu...)
Pendant ce temps (même si je ne l’ai appris qu’après), lilu et Kumi tirent la tronche au milieu de fans en furie. Des fangirls comme on en voudrait beaucoup moins. Du genre qui font peur et qui font plus de dégâts qu’un ouragan entier...
...Et quand Daisuke et Yuana arrosent, elles ramassent. Bien humides, les filles...
...pour le coup, Kumi tire la gueule à Yuana. Qui n’en revient pas (j’aurais trop aimé voir ça)
Et toujours pendant ce temps, un gars filme. Je me demande pour quoi c’est. En tout cas, il a un paquet d’images de moi. Je dois avoir un espèce de sourire béat ridicule...
Et toujours toujours pendant ce temps...
...les vigiles évacuent.
Bon sang le nombre de personnes qu’ils ont évacuées. Une fille, pas loin de moi, a fait un malaise. 37€30 en l’air, dommage pour elle, mais quand même, c’est impressionnant... J’avoue, les vigiles que j’ai haï à l’entrée, je les admire maintenant, avec leurs bouchons dans les oreilles, leurs capuches pour pas se faire arroser, et la force de leurs bras pour remonter les fans épuisés, les faire passer par-dessus la barrière, et les évacuer.
Et ils ont le mérite de distribuer de l’eau. Ils sont sympas en plus. Equitables. En tout cas du côté gauche, il paraît que c’était moins ça du côté droit...
Allez, pour le coup, à peu près pardonnés les vigiles. Ils ont pas un boulot facile. Spéciale dédicace à eux... (Je m’en suis tirée avec deux fois de l’eau, et honnêtement, c’était pas du luxe...)
Et pendant ce temps, les chansons défilent...
Morô epilogue, et c’est la fin.
« Merci, Paris ! »
J’avoue, dans la gueulante habituelle de Dai, j’ai cru que c’était des paroles de chansons.
Ca m’a pris un moment pour comprendre que non.
Et puis ils ont quitté la scène. Hééééééé mais revenez ! Il reste des médiators accrochés au micro de Kazu ; il y a encore des morceaux à jouer ! Et Kusatta umi de oborekakete’ru boku wo sukutte kureta kimi (titre que je viens de taper d’un seul coup sans modèle à ma plus grande fierté ^^) hein ?
Des protestations s’élèvent : « Ka-ge-rou, ka-ge-rou, ka-ge-rou, ka-ge-rou ! »
Les vigiles sont marrants : ils battent des ailes, chauffent la salle.
Les techniciens réaccordent les instruments...
Et ils reviennent...
« KAZUUUUU !!! SHIZUMIII !! »
Non, ça c’est pas moi. Une, à priori, allemande à côté de moi qui a un timbre de voix incroyable (elle pourrait faire une grande carrière), vient de me gueuler dans les oreilles.
« KAZUUUUU !! »
Okay, ça c’était moi, j’admets.
Il y a des échos derrière. J’entends Marine, aussi, loin. Ca m’énerve qu’elle soit si loin, que personne ne la laisse passer. J’ai un pincement au cœur ; c’est pas juste. C’est moi qui suis devant alors qu’elle les suit depuis longtemps, alors que c’est sa dernière chance de voir Kazu si près d’elle.
Et en plus j’arrive pas à lui choper de médiator.
Je suis mélancolique, j’avoue. Parce que penser tout ça me rappelle AUSSI que si c’est la première fois que je les vois, bah c’est aussi la dernière. Qu’il faut que je profite à fond de ces moments passés à un mètre de la scène, à un mètre de la basse de Kazu qu’il s’amuse à pointer vers nous en nous voyant tendre désespérément les bras pour l’attraper. (Hé, partir avec ce genre de basse, ça me déplairait vraiment pas... Ce serait un beau souvenir quand même. Surtout pour une place de concert à 37€30 !!)
Les notes s’élèvent.
C’est Kusatta Umi de Oborekakete’ru Boku wo Sukutte Kureta Kimi.

_________________
The sig is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eowulia-mornelda.deviantart.com
~*~Lia~*~
Maîtresse maso
Maîtresse maso
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3582
Age : 28
est : une Rêveuse invétérée.
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: [kagerou] 17.12.06 [LIVE REPORT]   Lun 25 Déc - 3:07

Oui, oui. Celle que j’attends le début. Une de mes préférées, peut être ma préférée, qui a pris un sens assez particulier pour moi dernièrement...
Et là je réalise que c’est fini, que c’est la chanson qui dit « Au revoir, adieu. » Je ne m’attendais pas à ce qu’il ne la joue pas en dernière.
Je me sens bête à pleurer. Mais bon, cette chanson, je pleure dessus même quand c’est pas un live...
Et puis c’est pas comme si j’étais la seule à pleurer.
Je gueule le refrain. Comme une folle.
Regardez, les kagerou ! Celle là, je me suis donnée la peine de l’apprendre, j’en ai chié mais je la sais ! Regarde, le monsieur avec ta caméra ! Regarde, Kazu !
Je me sens un peu seule à gueuler, à croire que je suis la seule à connaitre le refrain (que je massacre allègrement tiens, une fois aigu une fois grave...), mais ça me fait du bien et les larmes sèchent. Allez hop, c’est reparti.
La chanson se termine sur un « Gomen ne, ima made, arigatou, sayounara » général.
...Et ils enchaînent ! Non, non, non, ce n’était pas du tout la dernière !
C’est Akatsuki qui suit (j’avoue que j’aurais pas pu dire laquelle c’était s’il n’y avait pas eu lilu). Elle est connue, beaucoup chantent... Moi je meumeune, on va dire.
A part Zetsubou ni Sayounara et Kusatta, je ne connais pas beaucoup de paroles...
Une fille s’évanouit, encore ; je remarque le regard de Kazu quand il voit les vigiles l’évacuer. Bon sang, cette expression va me hanter : mélange de choc, de désemparement et d’impuissance... J’ai cru qu’il allait arrêter de jouer.
Mais non. Il continue jusqu’à la fin de la chanson.
Et ils repartent.
« Ka-ge-rou, ka-ge-rou, ka-ge-rou, ka-ge-rou ! »
Il reste encore des médiators !!
On ne va pas les laisser partir comme ça !
Et ils reviennent en effet, se réinstallent.
J’aimerais bien savoir ce que le technicien a dit à Kazu qui le fasse sourire comme ça, presque rire, quand même.
Nouvelle chanson. Personne ne semble bien la connaître. C’est Ichirin ha aoku, la nouvelles, l’inédite du best of. Elle pète ! Elle dure, et Yuana et Daisuke font du fanservice... merci bien. ><
Je suis bien contente d’être du côté de Kazu dans des cas comme ça. Y a pas, ce mec est la classe incarnée, et surtout, il sait se tenir.
Et puis la fin de la chanson.
Et ils enchainent direct. Je suis prise de cours par un « SHURAGEROOOOOFFFF ! » magistral.
ZETSUBOU NI SAYOUNARAAAA !!!
Là c’est la folie. Tout le monde chante.
Y a pas à dire, cette chanson est la meilleure en live.
Mais elle est trop courte ; beaucoup trop courte.
« ...KoeeeerrrrrrooooooOOOOOOO !!!! »
Et c’est la fin. La vrai fin.
« ARIGATOU, PARIS ! »
S’ensuit une série de remerciements. « Arigatou-arigatou-arigatou-arigatou... »
Coups de basse de Kazu, coups de crash de Shizumi. Ouuuh... S’il ne l’a pas fissurée, sa cymbale, là...
« ARIGATOU ! »
Et puis ils disparaissent, réapparaissent pour jeter médiators, baguettes et bouteilles.
Encore rien eu. Je suis trop nulle à ce jeu là moi.
Et c’est la fin. Ils disparaissent pour de bon.
Je reste plantée comme une idiote, pendant que tous arpentent la salle afin de trouver quelques « trésors » qui seraient tombés à terre. Je ne comprends que lorsque je vois certaines personnes se détourner que tout est terminé.
Je retrouve Marine, enfin. En pleurs. Nous pleurons l’une dans les bras de l’autre. Ca fait bizarre de se dire que c’est fini... Je devrais pas pleurer mais que voulez vous, les fans en sanglots par terre ça me touche... Si encore c’était des goths loli ridicules, mais non.
Mais faut pas pleurer. Et puis c’est pas le tout, mais j’ai une lettre à donner moi.
Et là c’est dur. Dur dur dur.
Je m’approche des vigiles. Ils sont en train de récupérer des choses sur scène pour les donner aux fans implorants.
Je vois passer la tracklist de Kazu pas loin de moi. Raté, ça aussi !
Mais bon.
Et puis soudain, une serviette. Toute bête, toute blanche.
Ouais mais bon.
La serviette de Kazu ?
...
« S’il vous plaît, monsieur ! Monsieur, s’il vous plaît... »
Nous sommes trois dessus, et, à grand renfort d’yeux larmoyants (quoique vu l’état de mes yeux, c’était pas dur...), nous obtenons de lui qu’il la coupe.
Des gens arrivent de derrière. Marine, restée en retrait, me rejoint.
Et nous obtenons chacune notre petit morceau de serviette...
Riant nerveusement, nous nous éloignons...
Mais il n’est pas question que je laisse ça comme ça.
« Excusez-moi, est-ce que... Est-ce que vous les voyez ? »
Le vigile m’éclate de rire au nez.
« Ah non ! Moi je n’attends que le moment où vous serez partis pour pouvoir rentrer chez moi ! »
Ooookay, sympa merci.
Je réessaye avec un autre.
Pas mieux.
Ultime recours, à nouveaux yeux larmoyants. Le bout de serviette serré contre moi, je déballe tout ce que je sais faire.
« S’il vous plaît... Il n’y a pas un moyen ? N’importe quel moyen ? C’est... C’est important ! » (Non, je ne lui ai pas fait le coup du « Ma vie en dépend ! » quand même, mais pas loin !)
Le petit jeu dure presque cinq minutes. Il craque et interpelle un japonais du staff. Le blond décoloré qui effectuait les réglages sur scène ! Celui qui avait pratiquement fait rire Kazu. Ce type était excellent.
Je braille « TO KAZU ! »
Il se tourne vers moi avec un grand sourire et hoche la tête. Roger chef, il avait compris.
...Gagné.
Je lui réponds par un large sourire de gratitude. Gagné, gagné, gagné ! GAGNE ! Je saute de joie intérieusement.
« ARIGATOU, ARIGATOU GOZAIMASU ! »
Re-sourire.
Je remercie le vigile et me détourne une fois pour toute, vers la sortie.
Le sentiment du devoir accompli, je me rends compte que j’ai de nouveau perdu Marine.
Sans parler des filles ! Je ne les ai même pas vu quitter la salle.
Je me résigne à aller chercher mon sac au vestiaire. La file est longue, je joue des coudes et gagne un peu de temps.
Lorsqu’enfin je récupère mon bien, quelqu’un m’appelle derrière moi. C’est Marine qui me tend son ticket pour que je lui prenne son manteau. Comme ça, en cinq minutes, on récupère tout, et on se retrouve dehors !
Bon, c’est pas le tout ça, mais j’ai deux filles à récupérer moi.
Je la laisse en compagnie de ses amis, lui dis à bientôt sur MSN, et arpente la foule. Ayayayaye pour les retrouver...
Je me résigne et je braille.
« LILU-CHAN ! KUMI-CHAN ! »
Des filles autour de moi se retournent. Quoi, je fais du bruit ? Surement moins que ton Daiounet d’amour, alors me jette pas ce regard noir toi... Oui, je commence à voir un peu noir, je suis fatiguée et j’en ai perdu deux, et comble du comble un groupe que j’ai découvert il y a peu vient de se séparer et faire son concert européen devant moi...
Pas de réponse. Là, je le sens très mal.
Soudain, une voix s’élève.
« AI SHITERUUUU ! »
Alors là, pas de doute. Je réponds aussi sec.
« AI SHITERU MOOOO !!! »
Elles m’ont repérée ; elles sont sur le trottoir en face. Je traverse, un peu vite, et les retrouve. Nous sommes trempées d’eau, de sueur... Surtout elles. Mais contente d’être sorties vivantes.
lilu a acheté un poster de la tournée. Je n’ai pas pu le voir d’ailleurs...
Nous échangeons nos impressions en attendant les parents de Kumi. Wooouuh. Elles avaient vraiment mal choisi leur côté. Il fait bon être fan de Kazu, le ‘calme’ de la bande...
Moi, je suis encore ivre de tous les événements. La serviette toujours serrée contre moi – je la garderai en main tout le trajet – je leur raconte rapidement comment j’ai obtenu ce bien précieux (récoltant au passage un joyeux « Baka ! Et tu vas en faire quoi maintenant ? Tu vas l’encadrer ? »), et comment j’ai pu donner mon enveloppe.
Hé, même si ça arrive pas jusqu’à Kazu, au moins ça sera passé par les mains du Japonais rigolo ! Rien n’est perdu.
Dans la voiture, nous discutons encore du concert, échangeons des commentaires... Kumi s’endort, mais lilu et moi formulons des hypothèses quant à la dissolution du groupe... Avant de nous endormir nous aussi.
Nous arrivons à passé trois heures du matin. A quatre heures, nous nous endormons.
A huit heures, le réveil sonne. Ouch. La semaine commence. Dur.
Je suis un zombie en cours – heureusement, ni en maths ni en chinois nous n’avançons beaucoup.
Sept fautes au code, pas mal. C’est l’influence serviette de Kazu dans la poche ?
Et une fois rentrée, surprise ! Marine – « Nighty » m’avait déjà ajoutée à ses contacts MSN. Et moi... Je me retrouve à taper ce live report après avoir fait quelques recherches d’infos sur Internet par rapport à la track list...
Expérience concluante pour un premier concert de visu. Les filles n’ont pas l’air de vouloir réessayer, dégoutée par l’ambiance de leur côté. Moi si. Tout s’est bien passé, et même les critiques acides que j’ai pu trouver sur Internet ne ternissent pas mon bon souvenir.
Certains se plaignent de la tracklist ? Moi pas ! Je suis satisfaite même si je ne connaissais pas tout et surtout, surtout, si je déplore l’absence d’Uzu ou d’Hibike kono koe (probablement ma préférée avec Kusatta umi de oborekakete’ru boku wo sukutte kureta kimi ...), je dois avouer que certains titre comme XII Dizzy ne me manquent pas...
...Certes, je n’aurais pas dit non à assister à un live de cette chanson par curiosité, mais étant donné que c’est trèèèèèès loin d’être ma préférée...
En conclusion, j’en ressors très satisfaite. Un peu triste quant au départ du groupe de scène – je n’ai rien vu venir... J’ai chopé un bon torticolis aussi, mais ça c’est plus probablement dû au voyage en voiture... Et puis ma voix est intacte.
En tout cas, une chose sure, kagerou est un groupe de scène. Je crois que je les avais un peu sous-estimés...
Et je suis sure qu’en insistant un peu, je peux à nouveau trainer lilu dans mes déboires... Voire même éventuellement Kumi. Eventuellement.
Alors, promis, dès que Kazu (ou Yuana ou Shizumi remarquez, je ne voudrais pas faire de préférence...Enfin un peu quand même... Mais je n’aime pas trop les façons de faire de Daisuke... Pardon, fans...) revient en France avec un projet solo, moi, j’y vais.
Et na !


Live report par Lia, 18/12/06

_________________
The sig is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eowulia-mornelda.deviantart.com
~*~Lia~*~
Maîtresse maso
Maîtresse maso
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3582
Age : 28
est : une Rêveuse invétérée.
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: [kagerou] 17.12.06 [LIVE REPORT]   Lun 25 Déc - 3:36

Explications rapides pour les questions qui pourraient vous turlupiner :

1/Le Monsieur avec la caméra, selon Marine, filmait pour le dvd du Last Live (éventuels bonus?)... J'en connais une qui va avoir une gueule de con sur les films si on la voit Laughing

2/Je n'ai personnellement rien vu, mais point de vue fanservice, y a eu de la léchouille côté Yuana/Daisuke... Tcccchhh ces JRockers j'vous jure, j'imagine pas la tronche des vigiles, déjà que le coup de l'eau et de la bouteille dans le pantalon c'était limite...

3/Toujours rien vu, mais Daisuke aurait pleuré? Certains disent que kazu a pleuré aussi ; je ne l'ai pas quitté du regard et je n'ai rien vu à part des yeux un peu brillants (mis sur le compte des spots). En même temps peut être que je ne vois jamais rien -_-

4/Pour la lettre, il s'agissait seulement d'une lettre de remerciement sous le prétexte d'un anniversaire en retard, avec un cadeau stupide dont j'ai pris deux photos... Allez, vive moi, je vous les uploade.


Ce qu'il y a d'écrit sur le médiator?
Oh, j'ai fait original...
"Tout n'est qu'éphémère..."


Et cette lettre, le japonais par lequel je l'ai faite passer s'appelle Kyouhei (fait appris while vagabonding sur d'autres blogs ^^), c'est bel et bien quelqu'un du staff qui les connait bien, donc une chose de sure : kazu a EU ma lettre. Maintenant, entre l'AVOIR et la LIRE, y a un écart gargantuesque. Mais bon. Qui vivra verra. En tout cas, il m'a vraiment paru sympa, ce Kyouhei ^^ J'suis fan!!

Et puis tiens
Petite vidéo du début de Zetsubou ni sayounara pour vous donner une idée...
Fin de Zetsubou ni Sayounara... Ca fait bizarre de réentendre ça...

Et pour finir, un live d'Ochiba to kimi to boku to à Lille qui vous fera peut être comprendre pourquoi j'ai tellement été captivée par kazu... Vous vous rappelez, un mec qui vit ses rêves? ...I love you

_________________
The sig is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eowulia-mornelda.deviantart.com
luya
Assistante en Flood
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2747
Age : 26
est : sérieusement grave
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: [kagerou] 17.12.06 [LIVE REPORT]   Mar 26 Déc - 13:25

miaou... tu sais quoi?? ta description du concert... et bah je veux y aller!!!! je veux aller a un concer de visuaaaaaaal!!!! Crying or Very sad Baston! Fight! superman PomPom Girl un jour, quand j'aurais les moyens, peut-être... nan, surement. obligé.
*bave devant la vidéo de kazu (la seule que j'ai eue le temps de regarder, mais je reviendrai!!! mouahahah*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~*~Lia~*~
Maîtresse maso
Maîtresse maso
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3582
Age : 28
est : une Rêveuse invétérée.
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: [kagerou] 17.12.06 [LIVE REPORT]   Mer 27 Déc - 13:04

T'as vu ce bassiste?
Crying or Very sad
Un jour, moi aussi je saurai faire ça. Un jour, peut-être. J'espère.
Euh.
Ouais, y a de l'espoir =.=

On t'y emmenera, gatoune ^^ C'est pas une expérience à renouveler trop souvent, mais c'est un truc à essayer au moins une fois dans sa vie!

**prochain passage d'Heath en France? xD Nan j't'emmenerai pas voir Heath, c'est trop lamentable, pis c'est même plus du visu. Laughing Quand The GazettE passera alors, tu verras c'est un bon groupe ^^**

_________________
The sig is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eowulia-mornelda.deviantart.com
luya
Assistante en Flood
avatar

Féminin
Nombre de messages : 2747
Age : 26
est : sérieusement grave
Date d'inscription : 31/07/2006

MessageSujet: Re: [kagerou] 17.12.06 [LIVE REPORT]   Mer 27 Déc - 19:33

pourquoi pas... Heath au juste que tu m'envoie quelques morceaux pour que j'arrive pas en inculte totale...
et, c'est quoi ce médiator??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ekun
Floodeur Professionnel
avatar

Masculin
Nombre de messages : 541
Age : 26
est : Légerement (ou presque) cinglé
Date d'inscription : 17/06/2006

MessageSujet: Re: [kagerou] 17.12.06 [LIVE REPORT]   Ven 5 Jan - 19:19

C'est bon, elle a arrangé sa...

C'est marrant de voir le live report que j'ai déjà lu et en plus entendu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.erulasto.deviantart.com
~*~Lia~*~
Maîtresse maso
Maîtresse maso
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3582
Age : 28
est : une Rêveuse invétérée.
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: [kagerou] 17.12.06 [LIVE REPORT]   Sam 13 Jan - 19:02

PETIT UPDATE!!!

Orient Extrème a consacré un article à ce concert ici

Le report en lui même est terrible, ils n'ont pas aimé (en même temps... Fin bon ><)

Mais la vidéo en bas de page est superbe, c'est tout à fait ça *-* Donc vouala, bon regardage ^^

_________________
The sig is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eowulia-mornelda.deviantart.com
ari-chan
Enquiquineuse surréaliste
avatar

Féminin
Nombre de messages : 800
Age : 26
est : passée sensei en bouletisme et floodage...niiarkk>
Date d'inscription : 30/08/2006

MessageSujet: Re: [kagerou] 17.12.06 [LIVE REPORT]   Dim 14 Jan - 13:22

j'ai beaucoup aimé ton live repport^^ très émouvant, on s'y croirait!!! Excité
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
~*~Lia~*~
Maîtresse maso
Maîtresse maso
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3582
Age : 28
est : une Rêveuse invétérée.
Date d'inscription : 13/09/2005

MessageSujet: Re: [kagerou] 17.12.06 [LIVE REPORT]   Mar 16 Jan - 0:05

Blush! Mirciiiii!!!

_________________
The sig is a lie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eowulia-mornelda.deviantart.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [kagerou] 17.12.06 [LIVE REPORT]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[kagerou] 17.12.06 [LIVE REPORT]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Full Leaked OAS Report on Preval desk
» Live Fast, Die Young and Make a Beautiful Corpse - Anastasia Vanderbilt ?
» Live your life to death (Featuring Nayki)
» Vive le Naheulband en live !!!!
» XBOX LIVE NHL12

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fanarts, fanfics, RPG de mangas, anime et J-Music... :: Musique :: Visual-
Sauter vers: